Comparaison des sources d’électricité en France et en Grande-Bretagne : défis et perspectives

Comparaison des sources d’électricité en France et en Grande-Bretagne : le mix énergétique des pays évolue au fil des années pour s’adapter aux contraintes environnementales, technologiques et économiques. Cet article compare les sources de production d’électricité en France et en Grande-Bretagne en 2022, en mettant en lumière les défis rencontrés par chaque pays et les perspectives d’avenir.

1.La production d’électricité en France

Selon le Bilan électrique national 2022 publié par RTE, la France a connu une baisse significative de la production d’électricité d’origine nucléaire et hydraulique. Le parc nucléaire a été affecté par des problèmes de corrosion dans plusieurs cuves, entraînant une disponibilité limitée à 54%. Quant à l’hydraulique, la production a été au plus bas depuis 1976 en raison d’une sécheresse sans précédent.

    Pour compenser cette situation, la France a dû importer de l’électricité et augmenter l’utilisation des énergies fossiles, notamment le gaz. Les émissions de gaz à effet de serre ont augmenté par rapport à 2021, mais sont toujours inférieures à celles de 2017. Les efforts dans le développement des énergies renouvelables ont été notables, avec l’installation de 5 GW de moyens de production supplémentaires en 2022.

    2. La production d’électricité en Grande-Bretagne

    En Grande-Bretagne, le mix énergétique a considérablement évolué depuis 2015, avec une part croissante des énergies renouvelables, passant de 17,8% en 2015 à 45,1% en 2023. Parallèlement, la part du charbon a fortement diminué, passant de 33,7% en 2015 à 1,2% en 2023. La production d’électricité d’origine nucléaire a également légèrement diminué, passant de 19,9% en 2015 à 12,4% en 2023.

    Le gaz naturel occupe une place importante dans le mix énergétique britannique, représentant 31,5% de la production d’électricité en 2023. Les efforts de la Grande-Bretagne pour diversifier ses sources d’énergie et réduire sa dépendance au charbon ont permis d’augmenter significativement la part des énergies renouvelables dans sa production d’électricité.

    3. Comparaison des sources d’électricité en France et en Grande-Bretagne

    La principale différence entre la France et la Grande-Bretagne réside dans la part du nucléaire et des énergies renouvelables. La France est fortement dépendante de l’énergie nucléaire, qui constitue environ 63% de sa production d’électricité en 2022, tandis que la Grande-Bretagne mise davantage sur les énergies renouvelables, avec une part de 45,1% en 2023. Le gaz joue également un rôle plus important dans le mix énergétique britannique (31,5%) comparé à la France.

    4. Perspectives d’avenir suite à la comparaison des sources d’électricité en France et en Grande-Bretagne

    La France doit accélérer le développement des énergies renouvelables pour atteindre les objectifs publics de la décennie 2020-2030 et réduire sa dépendance au nucléaire et aux énergies fossiles. La modernisation du parc nucléaire français et la diversification du mix énergétique, en favorisant le solaire, l’éolien et l’hydraulique, sont des priorités pour assurer la sécurité énergétique du pays.

    De son côté, la Grande-Bretagne doit poursuivre ses efforts pour développer davantage les énergies renouvelables et réduire encore sa dépendance aux combustibles fossiles, notamment le gaz naturel. Les investissements dans la recherche et le développement de nouvelles technologies propres, ainsi que dans les infrastructures de production et de stockage d’énergie, sont essentiels pour garantir un avenir énergétique durable.

    Comparaison des sources d’électricité en France et en Grande-Bretagne : la France et la Grande-Bretagne font face à des défis différents en matière de production d’électricité. La France doit diversifier son mix énergétique et accélérer le développement des énergies renouvelables, tandis que la Grande-Bretagne doit continuer à réduire sa dépendance aux combustibles fossiles. Les deux pays ont la possibilité de collaborer et d’échanger des expériences et des technologies pour relever ces défis et construire un avenir énergétique plus durable pour leurs citoyens et l’ensemble de l’Europe.

    Les éoliennes : pourquoi les français doivent reprendre le contrôle ?

    Les éoliennes : pourquoi les français doivent reprendre le contrôle ?

    Le financement des éoliennes est un enjeu majeur pour la transition écologique en France. Les éoliennes, pourtant bénéfiques pour l’environnement, soulèvent des questions quant à leur gestion et leur impact sur les communautés locales. Cet article analyse pourquoi les Français doivent reprendre le contrôle de ce secteur et se penche sur différents aspects liés à l’implantation, la gestion, la régulation et le recyclage des éoliennes.

    Gestion des éoliennes : le rôle des fonds de pension étrangers sur le financement des éoliennes

    Les sociétés gérant les éoliennes sont souvent détenues par des fonds de pension étrangers, ce qui soulève des questions quant à la souveraineté énergétique et l’impact de ces investisseurs sur les décisions locales. Ces fonds de pension, en quête de rendements stables et sécurisés, sont attirés par les garanties d’achat et les incitations financières accordées par l’État français. En effet, l’État français prend en charge près de 60% du financement de l’infrastructure. Par ailleurs, l’État garantit l’achat du kWh éolien à un tarif supérieur au prix de revente pendant plusieurs années, ce qui incite les acteurs privés à investir dans ce secteur.

    Toutefois, cette situation peut conduire à une perte de contrôle pour les collectivités locales et les habitants, qui se retrouvent dépendants des décisions prises par des acteurs étrangers. De plus, ces fonds de pension peuvent être moins soucieux des enjeux environnementaux et sociaux locaux, leur priorité étant généralement la rentabilité financière.

    Implantation des éoliennes : qui en profite ?

    Les éoliennes sont généralement implantées sur des terres privées appartenant à des agriculteurs. Ces derniers perçoivent un loyer conséquent, de plusieurs dizaines de milliers d’euros, en échange de l’occupation de leurs terrains. Cette source de revenus peut s’avérer très attractive pour les agriculteurs,

    Cependant, cette politique soulève plusieurs questions : qui profite réellement de ces avantages ? Les collectivités locales et les habitants bénéficient-ils de retombées économiques suffisantes ? La gestion des éoliennes est-elle transparente et équitable ?

    Financement des éoliennes : pressions sur les maires et les autorités publiques

    Les maires et les préfets sont souvent soumis à d’importantes pressions de la part des agriculteurs et des administrés qui souhaitent profiter des avantages financiers liés à l’implantation d’éoliennes. Ces pressions peuvent parfois conduire à des décisions hâtives, sans consultation suffisante des habitants et sans prise en compte de l’ensemble des enjeux environnementaux, sanitaires et économiques.

    Les autorités publiques sont également exposés aux lobbies d’influence qui peuvent orienter leurs décisions en matière d’implantation d’éoliennes. Ces lobbies peuvent représenter des intérêts privés, nationaux ou étrangers, et leurs actions peuvent aller à l’encontre des objectifs de transition écologique et de développement local.

    Distance et réduction : un enjeu de santé publique

    La distance minimale entre les éoliennes et les habitations est un sujet de débat en France. Actuellement, cette distance est fixée à 500 mètres, mais certains réclament une augmentation à 1 kilomètre pour limiter les nuisances sonores et visuelles. Les riverains peuvent être exposés à des bruits de fonctionnement des éoliennes, ainsi qu’à des effets stroboscopiques liés aux pales. Ces nuisances peuvent avoir un impact sur la qualité de vie et la santé des habitants, notamment en termes de stress, troubles du sommeil ou encore migraines.

    Il est donc essentiel de revoir la réglementation relative à la distance minimale entre les éoliennes et les habitations pour assurer un meilleur équilibre entre le développement de l’énergie éolienne et le respect de la santé publique. Cette révision doit s’appuyer sur des études scientifiques rigoureuses et des consultations publiques pour prendre en compte l’ensemble des enjeux et des préoccupations des citoyens.

    Recyclage des éoliennes : un enjeu environnemental

    Le recyclage des éoliennes est un autre aspect à prendre en compte. Aux États-Unis, des “enterrements” d’éoliennes ont lieu dans des champs, faute de solutions de recyclage adaptées. La France doit éviter ce genre de situation et mettre en place des solutions de recyclage responsables.

    Les matériaux composant les éoliennes, tels que l’acier, le cuivre et les terres rares, peuvent être récupérés et réutilisés. Cependant, les pales en matériaux composites posent un véritable défi en matière de recyclage. Des recherches et des investissements sont nécessaires pour développer des technologies de recyclage innovantes et efficaces, permettant de valoriser l’ensemble des composants des éoliennes en fin de vie. Toutefois, ce sujet n’est pas toujours la priorité des sociétés étant en charge des éoliennes.

    Revente des sociétés de gestion en cascade = la garantie de démontage en péril

    Parfois, les sociétés de gestion des éoliennes sont revendues à d’autres sociétés, ce qui peut remettre en question la garantie de démontage à la fin de leur durée de vie (condition légale). Cette situation engendre des inquiétudes réelles sur le coût de la dépollution et du démantèlement, qui pourrait être supporté par les collectivités locales et les contribuables.

    Pour éviter cette situation, il est crucial de mettre en place des mécanismes de contrôle et de régulation pour s’assurer que les responsabilités soient clairement définies et respectées, même en cas de changement de propriétaire.

    Reprendre le contrôle sur le financement des éoliennes pour une transition écologique juste et durable

    Pour que le développement des éoliennes en France s’inscrive dans une transition écologique juste et durable, il est impératif que les Français reprennent le contrôle de ce secteur. Cela passe par une meilleure régulation de l’implantation des éoliennes, la prise en compte des enjeux de santé publique et la garantie d’une gestion transparente et équitable des projets.

    De plus, il est essentiel de renforcer la souveraineté énergétique en limitant l’influence des fonds de pension étrangers et en assurant un suivi rigoureux des responsabilités en matière de démantèlement et de recyclage des éoliennes.

    Enfin, les citoyens et les collectivités locales doivent être davantage impliqués dans les décisions relatives au développement de l’énergie éolienne, afin de garantir un partage équitable des bénéfices et des responsabilités, et d’assurer un développement harmonieux et respectueux de l’environnement et des populations.

    En agissant ensemble et en reprenant le contrôle sur le financement des éoliennes, les Français peuvent contribuer à une transition écologique réussie, qui bénéficie à tous et qui préserve l’environnement pour les générations futures.

    Montant moyen facture électricité

    Montant moyen facture électricité

    Montant moyen facture d’électricité ? Quelle est la facture d’électricité des Français ? Connaissez-vous le montant mensuel de votre facture d’électricité ? Bien sûr que oui, me répondriez-vous, mais figurez-vous que beaucoup de Français sont incapables de dire à combien s’élève le montant de leur facture mensuelle d’électricité.

    Sur les dernières années, et d’après l’institut Eurostat, le montant moyen facture d’électricité pour une personne est de 398,18 € TTC par an en France. Au delà cette statistique, MeilleurTarif.fr vous a sélectionné quelques chiffres de l’INSEE – assez édifiant – des dépenses des Français en électricité depuis 1960.

    • Depuis quelques années la consommation des ménages à cessé d’augmenter mais elle varie suivant les années (années avec un hiver froid par exemple).
    Chart by Visualizer

    Source : INSEE

    • La part des dépenses énergétique en électricité des ménages est en forte hausse depuis les années 60 (principalement de par le développement du chauffage électrique).
    Chart by Visualizer

    Source : INSEE

    • Également… si les prix sont en croissance, ils restent toujours inférieur à la moyenne des autres pays en Europe (1/5 moins cher). Cela de par la diversité du parc énergétique français et l’importante production nucléaire.
    • Pour voir l’état du marché des offres électricité et baisser le montant moyen facture électricité n’hésitez pas à vous rendre sur cette page de notre site présentant une sélection et un comparatif marché.

    Litige fournisseur d‘énergie ?

    Litige fournisseur d‘énergie ?

    En litige fournisseur d‘énergie ? Gaz / électricité ?

    Les situations conflictuelles font partie intégrante de notre vie et nous y sommes confrontés, presque quotidiennement, que se soit à la maison, sur notre lieu de travail ou encore lors de nos déplacements. Si certaines arrivent à se régler d’elles mêmes ou du moins sans grand effort, certaines peuvent carrément déboucher sur des litiges qui peuvent nous pourrir la vie.

    Parmi ces conflits, ceux qui peuvent survenir entre les consommateurs d’électricité et leur fournisseur sont malheureusement courants. Alors que faire en cas de litige avec son fournisseur d’électricité ou de gaz ?

    La solution à l’amiable

    La première approche, consiste à essayer de trouver une solution à l’amiable avec son fournisseur d’énergie. Qu’il s’agisse d’une surfacturation ou d’un défaut de paiement dans les temps, il y a toujours moyen de s’expliquer et de régler le problème sans tambour battant. Mais, malheureusement, il est des cas où chacun campe sur ses positions et où, seule l’intervention d’une tierce personne pourra aider à résoudre le litige. On pensera en premier lieu aux tribunaux civils. Mais même si ces derniers ont effectivement été institués, afin de régler les différents entre consommateurs et fournisseurs les tribunaux sont souvent totalement débordés.

    C’est dans un souci de désengorgement des tribunaux mais aussi de mise en œuvre de modes alternatifs de règlement des litiges que la médiation a été prévue dans le cadre de l’ouverture des marchés de l’électricité et du gaz.

    En quoi consiste la médiation ?

    Elle consiste à faire intervenir une tierce personne susceptible d’aider les parties au litige, à trouver une solution. Il existe deux types de médiateurs dont le Médiateur de l’énergie. Institué par les pouvoirs publics, il est chargé d’examiner les réclamations des consommateurs, de recommander des solutions aux litiges relatifs à l’exécution des contrats de fourniture d’électricité ou de gaz et de participer à l’information des consommateurs sur leurs droits.

    Les cas de saisine du médiateur de l’énergie

    Le médiateur de l’énergie ne pourra être saisi qu’à l’occasion de litiges nés de l’exécution du contrat de fourniture d’électricité. C’est-à-dire qu’il faut au préalable qu’un contrat de fourniture d’électricité existât entre vous et le fournisseur d’électricité. Les litiges liés à la formation du contrat lui-même ne ressortent pas de la compétence du médiateur de l’énergie. Donc si vous pensez avoir été victime d’une vente abusive par exemple, il s’agira là d’un litige lié à la formation du contrat et non à l’exécution du contrat. Le médiateur de l’énergie ne pourra donc pas intervenir dans ce cas là.

    Comment saisir le médiateur de l’énergie ?

    Avant de saisir le médiateur de l’énergie, il importe d’adresser, dans un premier temps, par Lettre Recommandée avec Accusé de Réception, une réclamation écrite à votre fournisseur d’électricité.
    Si au bout du délai légal indiqué dans votre contrat vous n’avez pas de réponse ou si vous n’êtes pas satisfait de la solution proposée par votre fournisseur d’électricité, vous pouvez alors saisir le médiateur de l’énergie. La saisine se fait par internet à cette adresse ou par courrier, mais il n’est pas besoin de l’affranchir. Le dossier complet doit être adressé à :
    Médiateur national de l’énergie
    Libre réponse n° 59252
    75443 PARIS CEDEX 09

    Électricité verte : c’est quoi ?

    Électricité verte : c’est quoi ?

    L’électricité verte c’est quoi ? définition, intérêt, explications et chiffres en quelques lignes.

    Quelles sont les sources d’énergie vertes ?

    L’habitude s’est imposée de désigner ainsi, l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable. Il s’agit notamment de l’énergie hydraulique, de la biomasse, de l’énergie éolienne et de l’énergie photovoltaïque. Une fois produite et injectée sur le réseau de transport ou de distribution, il est physiquement impossible de distinguer une électricité produite à partir d’une source d’énergie renouvelable d’une électricité produite à partir d’une autre source, telle une centrale nucléaire ou fonctionnant au charbon.

    Définition des énergies renouvelables

    Énergies provenant de ressources que la nature renouvelle en permanence comme l’eau, le vent, le soleil, les matières organiques ou la géothermie.

    Quel est l’intérêt de l’électricité verte ?

    Tous les foyers français reçoivent donc une seule et même électricité. Quel intérêt y a-t-il donc à parler d’électricité verte ? Ou se vanter en prétextant que son électricité comporte tel pourcentage d’électricité verte ?

    En fait, tout l’intérêt se trouve dans la promotion des énergies renouvelables en général et de l’électricité issue de sources renouvelables en particulier. En optant pour une électricité verte, on contribue à l’augmentation de la part de d’électricité verte dans le bouquet énergétique ou mix énergétique. Le bouquet énergétique, c’est la proportion des différentes sources dans la production d’énergie.

    Opter pour une électricité verte, c’est surtout soutenir une filière qui sans ce soutien ne serait sans doute pas en mesure de rendre l’électricité verte plus compétitive que les autres formes de production d’électricité.

    S’abonner à l‘électricité verte… les chiffres ?

    Entre les déclarations d’intention et la réalité, le fossé se creuse parfois entre l’envie de contribuer à au développement durable et les gestes concrets.

    Si les énergies renouvelables sont en croissance chaque années, elles ne représentent encore “que” 13,1 % de la consommation d’énergie en 2020 d’après le rapport 2021 du Ministère de la transition énergétique et des énergies renouvelables. Ce qui est encourageant mais reste faible quand on rapporte ce pourcentage au nombre de ménages français.

    Pour voir qui sont les fournisseurs proposant des offres vertes c’est ici :

    Résilier son contrat électricité gaz par téléphone

    Résilier son contrat électricité gaz par téléphone

    A l’heure de résilier son contrat, beaucoup se sont, peut-être, déjà posés cette question : est-il possible de résilier son contrat électricité gaz par téléphone ?

    Il est effectivement possible chez certains fournisseurs, tels que EDF, d’effectuer cette démarche par téléphone (chez EDF c’est du lundi au samedi de 8h à 20h, au 3004 – service et appel gratuits). Ainsi un simple coup de fil pour informer de la date de départ tout en oubliant pas de communiquer l’index du compteur reste possible. Mais aujourd’hui, avec la concurrence et que la bataille acharnée des nouveaux entrants en quête d’économies sur leurs factures d’électricité ou de gaz, mieux vaut être plus prudent.

    Résilier par téléphone : la concurrence a changé la donne

    A l’époque des seuls et uniques EDF (pour l’électricité) et ENGIE (ex GDF) (pour le gaz) les questions de résiliation de contrat d’électricité ou d’abonnement au gaz se posaient moins, car la principale raison de résiliation était le déménagement. Mais aujourd’hui on résilie de plus en plus pour faire jouer la concurrence et la question de la preuve de la résiliation du contrat d’électricité ou contrat de gaz retrouve une importance. Car sans la preuve de la résiliation de votre contrat, les fournisseurs d’électricité ou fournisseurs de gaz pourraient avoir tendance à poursuivre leur facturation. Raison pour laquelle nous vous conseillons vivement de toujours résilier votre contrat d’électricité ou de gaz par courrier recommandé avec accusé de réception. Cela vous évitera bien d’ennuis.

    L’avis du Médiateur national de l’énergie

    C’est aussi l’avis du Médiateur national de l’énergie afin de résilier son contrat électricité gaz par téléphone. Il y a quelques années le cas suivant a par exemple été arbitré : une cliente a informée son fournisseur par téléphone, de sa demande de résiliation pour une date bien précise. Puis, elle a communiqué son index de résiliation à un conseiller clientèle le jour de son départ. Cependant, le fournisseur à continuer d’effectuer des prélèvements sur le compte bancaire de la dame. Saisi, le Médiateur national de l’énergie, a pu obtenir, pour cette dame, non seulement un remboursement des sommes indûment prélevés mais aussi, un dédommagement pour le préjudice subi.

    Alors, à moins d’être un procédurier averti, nous ne cesserons de vous répéter qu’il faut résilier son contrat d’électricité ou de gaz par Lettre Recommandé avec Accusé de Réception.

    Si vous souhaitez changer de fournisseur d’énergie vous pouvez consulter nos pages dédiées sur le sujet :

    Médiation litige énergie : médiateur national de l’énergie ou du fournisseur ?

    Médiation litige énergie : médiateur national de l’énergie ou du fournisseur ?

    Dans une médiation litige énergie faut-il choisir un médiateur national de l’énergie ou le médiateur du fournisseur ? Qui choisir ? Pourquoi s’adresser au fournisseur ou pourquoi passer par cet organisme d’état. MeilleurTarif.fr vous explique tout.

    La médiation litige énergie : un système efficace de règlement des litiges

    Mode alternatif de résolutions des litiges, la médiation semble désormais s’imposer comme  système par excellence de règlement des litiges entre consommateurs et professionnels. Simple et efficace, le gouvernement a développé et renforcé il y a quelques années ce procédé de règlement de litiges. Une autorité publique indépendante, le médiateur national de l’énergie, a pour mission d’assurer un suivi transversal de la médiation, d’instaurer une certification des services de médiation afin de garantir la qualité de la médiation et surtout de généraliser la médiation au secteur de l’énergie pour permettre à chaque consommateur d’avoir recours à un médiateur compétent.

    Médiation litige énergie… elle favorise qui ?

    Vous l’aurez bien compris, la médiation est désormais le passage presque obligé de résolution des litiges entre consommateurs et professionnels. Néanmoins, on peut se demander si la généralisation de la médiation et la multiplication des médiateurs ne risquent pas de porter atteinte à la « simplicité du système » et de favoriser certains clients plus que d’autres ?

    On peut, en effet, remarquer qu’avant l’État, les entreprises, du moins les plus importantes d’entre elles ont prit les devants en instaurant en leur sein des  Médiateurs (la SNCF, La Poste, la RATP…). C’est ainsi, qu’en ce qui concerne notre thématique favorite, EDF tout comme ENGIE disposent de leurs propres Médiateurs chargés de régler gratuitement les litiges persistants en proposant des  solutions « à l’amiable ».

    La majorité des consommateurs d’électricité et de gaz disposait donc déjà d’instances de résolutions des litiges par la voie de la médiation. Aujourd’hui, aux « Médiateur Électricité » et « Médiateur Gaz » du fournisseur, est venu s’ajouter : le médiateur national de l’énergie. A la différence du Médiateur du fournisseur d’énergie (EDF par exemple) qui ne s’occupe que des litiges EDF, le Médiateur national de l’énergie a compétence pour recommander des solutions aux litiges relatifs à l’exécution de tous les contrats de fourniture d’électricité ou de gaz naturel. Sa compétence s’étend à tous les produits et à tous les fournisseurs. Peu importe donc  que les contrats soient ceux de TotalEnergies, Engie, Ilek, etc.

    Et si on devait choisir…

    Ainsi, les clients ont la possibilité de saisir, à leur guise, les médiateurs du fournisseur (si ils existent…) ou le médiateur national de l’Énergie. En cas de litige, ces clients disposeront de plus de moyens de recours que les clients des autres fournisseurs. Toutefois, médiateur national de l’énergie ou médiateur du fournisseur ? Qui des deux médiateurs choisir ? Lequel des deux médiateurs sera à même d’apporter la meilleure solution ? En cas d’incertitude, peut-on, dans un premier temps, saisir à la fois les deux médiateurs et ne retenir, dans un second temps, que celui des deux médiateurs qui saura proposer la solution la plus intéressante ?

    Nous vous recommandons plutôt de saisir une autorité publique indépendante c’est à dire le médiateur national de l’Énergie. Plus simple dans la démarche et surtout… indépendant !

    Risques de coupure d’électricité cet hiver

    Risques de coupure d’électricité cet hiver

    Risques de coupure d’électricité cet hiver : avec la guerre en Ukraine beaucoup de français se pose la question des coupures pour cette fin d’année. Avec notre parc nucléaire avons nous véritablement un risque ?

    Premier parc mondial de centrales nucléaires avec 56 réacteurs sur 18 sites, la France demeure le premier exportateur européen d’électricité et une référence dans le secteur du nucléaire civil. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison, qu’il est souvent fait appel à la France, chaque fois que la question du nucléaire civil est évoquée dans des pourparlers internationaux.

    Et pourtant malgré son parc impressionnant, sa compétence mondialement reconnue, et les Twh d’électricité exporté, la France importe régulièrement en hiver de l’électricité à d’autres pays. Dans le contexte de marché très tendu de par le conflit Russie / Ukraine la France ne va peut-être pas pouvoir importer et se trouver face à des risques de coupure d’électricité cet hiver.

    Le parc nucléaire face aux risques de coupure d’électricité cet hiver

    En premier lieu, l’ensemble des réacteurs ne sont pas tous en fonctionnement (maintenance, canicule comme durant l’été 2022, etc.)

    Également parce que le nucléaire français est moyennement adopté aux périodes de grand froid. En effet, les centrales nucléaires françaises  produisent de l’électricité dite « de base », c’est-à-dire une électricité destinée à répondre à la demande lors des périodes de consommation moyenne. Par contre, lorsqu’il fait très froid, et que la consommation des ménages augmente subitement, les centrales nucléaires ne sont pas en mesure de répondre à cette demande soudaine et il faut faire appel à des unités de production plus facilement modulables comme des centrales fonctionnant au fioul, au gaz et au charbon.

    Cela sera le cas cette hiver de la centrale à charbon de Saint-Avold. Moins de 6 mois après avoir fermé, les certains salariés ont été rappelés afin de faire face aux risques de coupure d’électricité cet hiver. Certaines centrales de production, comme les turbines à combustion, peuvent ainsi être déclenchées et lancées à pleine puissance rapidement.

    Alors quoi faire ?

    Toutefois, dans un contexte européen global ou chaque pays va chercher à importer, le risque de coupure d’électricité cet hiver est maximum. On comprendra donc aisément que les coupures d’électricité sont largement envisageable voir… inévitables. La meilleure solution qui a été trouvé reste d‘encourager les économies de consommation…

    Contester une facture électricité gaz

    Contester une facture électricité gaz

    Contester une facture électricité gaz

    Si vous venez de recevoir une facture d’électricité ou de gaz anormalement élevée par rapport à vos factures précédentes, sachez que la possibilité vous est offerte de contester une facture d’électricité gaz. Mais attention ! contester une facture d’électricité gaz n’est pas chose aisée car, non seulement il faut être certain de l’erreur de facturation, mais aussi, figurez-vous bien que les conditions de contestation de facture d’électricité diffèrent d’un fournisseur à un autre. Ainsi, bien que le droit de contestation soit reconnu par presque tous les fournisseurs, certains d’entre eux vous demanderont de régler au préalable, l’intégralité du montant de la facture litigieuse, avant de contester la facture d’électricité.

    Mais que faire quand on est financièrement pris à la gorge avec une facture d’électricité gaz très élevée ? Il est possible, dans des cas extrêmes, de régler à minima, la partie de la facture qu’on trouve « normale ». En effet, la bonne foi devrait alors nous obliger à régler partiellement la facture d’électricité, à hauteur de la dernière facture non contentieuse reçue. Le médiateur national de l’énergie va dans ce même sens quand il “recommande aux consommateurs qui contestent une facture de la régler, au moins en partie, afin de ne pas aggraver le litige et pour éviter tout risque de coupure“. Notez qu’ici, l’objectif poursuivi par le médiateur est bien précis : il s’agit juste de ne pas aggraver le litige et d’éviter les risques de coupure.

    Contester une facture électricité gaz de régularisation

    Contester une facture de régularisation électricité gaz est également possible ! En effet, lorsque vous recevez une facture de régularisation d’électricité gaz, la possibilité vous est également accordée de la contester si vous êtes persuadé de l’erreur à l’origine de cette facture.

    Pour ce faire, vous devez transmettre à votre fournisseur d’énergie, dans les meilleurs délais, tous les éléments de nature à justifier vos prétentions. Ces éléments permettront à votre fournisseur d’électricité ou de gaz de détecter l’anomalie à l’origine de la facture erronée (mauvais fonctionnement des appareils de mesure ou de contrôle, ou erreur de relevé par exemple). Si aucune anomalie n’est relevée du côté de votre fournisseur d’énergie, vous n’aurez sans doute pas d’autre choix que de régler cette facture.

    Notez qu’en cas de difficultés financières, vous pouvez demander à échelonner le paiement de votre facture d’électricité gaz. Toutefois, si vous estimez, malgré l’absence d’anomalie technique du coté de votre fournisseur, que le montant de votre facture demeure anormalement élevée, le recours aux tribunaux demeure toujours possible mais avant de vous engager dans un procès à l’issue incertain, pensez, à saisir gratuitement le médiateur national de l’énergie ou le médiateur d’EDF, si vous êtes toujours chez EDF. Ces médiateurs ont cette particularité, qu’ils cherchent, avant-tout, à trouver la solution la plus adéquate pour toutes les parties au litige. Une solution à l’amiable, comme diraient d’autres.

    Délai de contestation facture électricité gaz

    Initialement, vous aviez jusqu’à 5 ans pour contester vos factures. Depuis août 2016, ce délai a été raccourci et il est de 14 mois.

    Cependant, nous vous conseillons de ne pas attendre l’échéance avant de signaler l’erreur de facturation et de contester la facture litigieuse. Pour ce faire, vous devez transmettre à votre fournisseur d’électricité ou de gaz, le plus rapidement possible, tous les éléments à même de soutenir vos prétentions. Ces éléments permettront à votre fournisseur d’électricité de déceler, le cas échéant, l’anomalie à l’origine de la facture d’électricité ou de gaz erronée (mauvais fonctionnement des compteurs ou erreur de relevé par exemple).

    Nous n’insisteront jamais assez sur la nécessité de contester au plus tôt sa facture, car si l’erreur de facturation a pour source un index erroné, cet index risque d’être un boulet que vous trainerez avec vous jusqu’au prochain relevé d’index. Surtout lorsque vous emménagez dans un logement précédemment occupé, il est vivement conseillé de noter l’index affiché par le compteur afin de le comparer à l’index qui sert de base de facturation à votre fournisseur.

    Le médiateur de l’énergie va plus loin et recommande aux consommateurs entrant dans un nouveau logement d’effectuer eux-mêmes un relevé de leurs compteurs d’électricité et de gaz et de le transmettre au(x) fournisseur(s) qu’ils ont choisi, par téléphone mais aussi par écrit.

    Lettre gratuite de contestation de facture EDF

    Voici un modèle gratuit de lettre de contestation de facture à adresser au service clients d’EDF. Vous pouvez le recopier à volonté et l’adapter selon vos besoins (fournisseur, type d’énergie, gaz ou électricité, etc.). Pour des raisons de preuve, n’oubliez pas d’envoyer cette Lettre en Recommandé avec AR.

    Service client EDF
    TSA 21941
    62978 ARRAS Cedex 9

    Madame, Monsieur,

    Suite à votre dernière facture d’électricité (préciser le numéro de la facture) en date du (Date à préciser), je me permets de venir vous signaler mon étonnement concernant le montant qui y est indiqué.

    En effet, j’estime que  le prix de cette facture est anormalement élevé par rapport à ma consommation habituelle. Pour preuve, ces copies de factures en pièces jointes  qui affichent des consommations antérieures bien inférieures à celle récemment facturée.

    Conformément à vos conditions générales de vente, je conteste donc la dernière facture et vous prie de vérifier l’origine de cette erreur. Merci également de bien vouloir vérifier le fonctionnement du compteur électrique – au besoin, de le réparer- le plus rapidement possible et de m’envoyer une nouvelle facture rectifiée.

    Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes sentiments distingués.

    Signature

    Et sinon ? N’oubliez pas la médiation

    En cas de problèmes avec un fournisseur d’énergie vous pouvez également saisir un médiateur. Pour en savoir plus sur la médiation vous pouvez lire cette article.

    Revenir chez EDF et ENGIE (GDF)

    Revenir chez EDF et/ou ENGIE : vous avez souscrit à une offre d’électricité d’un fournisseur alternatif et vous vous demandez si vous pouvez revenir aux tarifs réglementés de vente d’électricité ? La réponse est OUI.

    Les consommateurs d’électricité et/ou de gaz qui ont choisi un autre fournisseur autre que les fournisseurs historiques (EDF et Engie ex-GDF) peuvent tout à fait retourner chez eux depuis le 1er juillet 2010. Sans cette loi du Sénat Français, les consommateurs qui avaient changé de fournisseurs d’électricité ou de gaz ne pouvaient plus bénéficier – à l’époque – des tarifs réglementés d’électricité ou de gaz.

    Ainsi, vous pouvez revenir aux tarifs réglementés de vente d’électricité comme le prévoit, ce qu’il est convenu d’appeler, le principe de réversibilité.

    D’après le principe de réversibilité, les personnes ayant souscrit à une offre de marché peuvent revenir aux tarifs réglementés de vente d’électricité.

    Avant cette loi, il était difficile pour ceux qui ont quitté les tarifs réglementés d’électricité, d’y retourner. Il y avait à l’époque des astuces comme par exemple laisser sa conjointe ou son conjoint souscrire en son nom, aux tarifs réglementés d’électricité. Tout comme s’il s’agissait d’un nouveau client. C’est pour ne pas arriver à ces solutions extrêmes et parfois injustes que la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV) avait demander au Parlement de pérenniser le droit des consommateurs à revenir aux tarifs réglementés de l’électricité après avoir contracté une offre sur le marché libre.

    OUF… car si cette loi n’était pas passé en 2010 la perspective d’une perte définitive du droit de retour aux tarifs réglementés n’aurait pas inciter pas grand monde à changer de fournisseur d’électricité.