VM_OP AVT_728x90.gif
Regards croisés sur les tarifs d'électricité de gaz et des télécoms

Qu’est ce que la précarité énergétique ?

précarité énergétique pauvretéUn groupe de travail, présidé par Philippe Pelletier du comité stratégique du plan Bâtiment Grenelle vient de remettre la secrétaire d’Etat au développement durable, Valérie Létard, les résultats d’une réflexion menée sur l’aide à apporter aux familles en situation de précarité énergétique.

Au préalable, essayons de cerner cette notion de précarité énergétique, car elle nous fait, de suite, penser à une autre notion fréquemment évoquée lors de sommets internationaux : la pauvreté énergétique.

La pauvreté énergétique fait surtout référence aux personnes, qui n’ont pas du tout accès, ou qui n’ont qu’un accès très limité aux services et produits énergétiques de par le monde. C’est notamment le cas dans les pays en voie de développement ou dans certains pays émergents. A ce sujet, plusieurs instances, à l’instar du Conseil mondial des affaires pour le développement durable, du Conseil Mondial de l’Energie et du Forum économique mondial, mènent déjà des actions louables  afin de lutter contre cette pauvreté énergétique.

La France serait-elle, aussi concernée par cette pauvreté énergétique ?

Évidemment non, puisque nous avons le nucléaire ;-) … Non, plus sérieusement,  la question de la précarité énergétique semble plutôt désigner des situations, bien moins dramatiques que la pauvreté énergétique, mais tout aussi pénibles et qui résultent de trois facteurs essentiels :

  • Des ménages vulnérables de par la faiblesse de leurs revenus
  • La mauvaise qualité thermique des logements occupés
  • Le coût de l’énergie.

La précarité énergétique à la française est donc à la croisée de trois problématiques : une sociale, une  économique et une dernière qu’on pourrait qualifier d’environnementale, liée à la qualité des logements.

Cette définition, certes imparfaite, a le mérite de focaliser le concept, exclusivement sur les ménages vulnérables, contrairement aux définitions qui ont cours dans les autres pays européens. Ailleurs en Europe, les définitions qui ont cours, remontent toutes, au concept anglais  de « Fuel poverty » qui décrit la situation où un foyer, afin de pouvoir convenablement chauffer son logement, doit dépenser plus de 10% de ses revenus. Étant entendu que pour les sujets de sa majesté, il faut 21° Celsius dans la pièce principale et 18° dans les autres pièces pour parler de chauffage convenable.

On remarquera que d’après  la conception anglaise, toutes les couches de la population peuvent être concernées par la « Fuel Poverty ». En outre, cette conception  est assez réductrice, car elle se borne au chauffage alors que les besoins énergétiques d’un foyer vont bien au-delà du chauffage. On ne reviendra pas sur  la cuisson,  l’eau chaude  ou la climatisation, mais peut-être, sur l’utilisation d’appareils électroniques qui, de nos jours, constitue un « must », sur lequel, aucun foyer moderne ne saurait faire l’impasse. Mais voilà, j’imagine déjà certains se demander si équiper confortablement son logement en appareils électriques et électroniques, constitue une nécessité pour les foyers à faible revenu.



    del.icio.us De.lirio.us Digg Facebook Google Mixx Scoopeo Sphinn Technorati Wikio Wikio FR Yahoo! Buzz YahooMyWeb E-mail this story to a friend! Print this article!

Laisser un commentaire...



VM_OP AVT_468x60_1.gif