3.6 iPhone 4 avec Origami star 728x90
Regards croisés sur les tarifs d'électricité de gaz et des télécoms

Les bonnes manières à la Française : le mobile et les questions indiscrètes

S’il a bien une chose qui m’énerve avec les téléphones portables, c’est la difficulté à rester discret avec son interlocuteur et avec les personnes qui nous entourent.

La première question qui est posée lors d’une discussion au téléphone est « t’es où ? ». Cela tombe sous le sens quand on vous appelle sur un numéro fixe mais devrait-on à chaque fois se justifier en indiquant un lieu bien précis lorsqu’on répond avec son mobile ? «t’es où ?» a remplacé «tu vas bien ?». Je me sens épiée par moment…
Oui, je l’admets, c’est une vision un peu paranoïaque mais je ne peux pas m’empêcher de plaindre ces adolescents qui n’ont pas connu le monde sans téléphones portables. Avant, on fixait une heure pour rentrer chez soi. Avant, on donnait le numéro du téléphone fixe du copain chez qui on allait et que les parents pouvaient joindre en cas d’extrême urgence. Avant, on pouvait arriver en retard à un rendez-vous sans recevoir des SMS de menace ou de pression «tu fais quoi ? je t’attends depuis 2 minutes».

Rassurez-vous, nous n’allons pas faire l’apologie du «avant, c’était mieux» mais avouons que nous avions la liberté de voguer sans devoir se justifier auprès de la famille, des amis ou des collègues de travail. Si on ne veut pas avoir l’impression d’être plongé dans le très bon 1984 de George Orwell avec le fameux «Big brother is watching you», il serait peut-être plus poli d’arrêter de demander constamment «t’es où».

Leçon 2 : éviter de demander où se situe votre interlocuteur quand vous le contactez

D’autres suggestions ?



    del.icio.us De.lirio.us Digg Facebook Google Mixx Scoopeo Sphinn Technorati Wikio Wikio FR Yahoo! Buzz YahooMyWeb E-mail this story to a friend! Print this article!

1 commentaire on “Les bonnes manières à la Française : le mobile et les questions indiscrètes”

  1. Le philosophie italien Maurizio Ferraris a publié un livre passionnant à ce sujet, ‘T’es où ? – Ontologie du téléphone portable’. On est en plein dans cette réflexion autour du transfert de l’identité vers le concept d’emplacement. A la question “je suis bien chez M. X ?” se substitue celle de savoir où se trouve M. X. Finalement, c’est la question de notre présence au monde qui est en jeu. Le “Où suis-je ?” a relégué le “Qui suis-je ?” au placard. Simple changement dans nos modes de vie impactés par les nouvelles technologies ? Le téléphone portable a surtout contribué à créer de nouvelles angoisses existentielles et de nouvelles névroses dont il va bien falloir trouver un moyen de se dépêtrer…

Laisser un commentaire...