VM_OP AVT_728x90.gif
Regards croisés sur les tarifs d'électricité de gaz et des télécoms

Tarifs et prix du gaz : l’UFC analyse et propose

Tarif-prix-gaz-indexationEnfin, l’UFC Que choisir a décidé de se lancer avec sérieux et objectivité  dans le débat sur les marchés dérégulés de l’énergie. Il était temps ! Car si la compétence du mouvement associatif n’est plus à démontrer dans le secteur des Télécoms,  on ne saurait dire autant concernant le secteur des marchés dérégulés de l’énergie.

Jusqu’alors, on a eu l’impression que l’UFC n’a pas toujours su anticiper et a été pris de court par l’ouverture des marchés de l’électricité et du gaz. Et comme il fallait parer au plus pressant, l’association n’a rien trouver de mieux que de se lancer dans des actions et communiqués plus dignes de mouvements protestataires et contestataires, que d’une association qui se veut experte , indépendante et au service des consommateurs. Bref, l’UFC Que Choisir n’était as au rendez-vous de l’ouverture des marchés de l’électricité et du gaz !

Heureusement que le mouvement vient de rattraper ce retard avec une belle analyse et des propositions concrètes au sujet des tarifs réglementés de vente du gaz naturel.

Dans cette étude, l’UFC Que Choisir estime que : « sur la durée, les évolutions du tarif réglementé liées au coût d’approvisionnement reflètent bien les coûts des contrats de long terme de GDF-Suez. Cependant, ces coûts pourraient être dans une tendance moins haussière si les contrats de long terme négociés par GDF-Suez n’étaient pas uniquement indexés sur le cours des produits pétroliers ». D’emblée, voilà un des fondamentaux du marché gazier remis en cause par l’UFC : l’épineuse question de l’indexation du prix du gaz sur les cours des produits pétroliers. A ce sujet, l’association demande à l’Etat et à GDF-suez d’entamer une réflexion sur la déconnexion du prix du gaz et du prix des produits pétroliers.

L’UFC dénonce ensuite l’opacité des coûts d’acheminement du gaz, notamment les charges d’exploitation du transport et de la distribution du gaz naturel, ainsi que les résultats financiers des activités de stockage de GDF-Suez et Total. L’association exige donc plus de transparence, réclame une réduction des taux de rémunération des capitaux engagés les gestionnaires de réseaux et une plus grande participation du consommateur final aux gains de productivité réalisées par ces derniers.

L’association demande enfin que l’activité de stockage du gaz, qui demeure en partie négociée,  soit désormais régulée comme le sont les activité de transport et de distribution du gaz naturel.

On espère juste que ces propositions pertinentes ne finiront pas dans un tiroir et que l’association se battra pour leurs prises en compte dans les prochains et inévitables débats sur l’avenir des tarifs réglementés de vente du gaz.

Bon à savoir : Jusqu’au 6 janvier, bénéficiez d’ 1 an d’abonnement offert par Direct Energie – grâce au code 01AN !



    del.icio.us De.lirio.us Digg Facebook Google Mixx Scoopeo Sphinn Technorati Wikio Wikio FR Yahoo! Buzz YahooMyWeb E-mail this story to a friend! Print this article!

Laisser un commentaire...



VM_OP AVT_468x60_1.gif