VM_OP AVT_728x90.gif
Regards croisés sur les tarifs d'électricité de gaz et des télécoms

Baisse de La demande de pétrole et baisse des tarifs de gaz : quels rapports ?

Peut-être une bonne nouvelle et un bon signe en faveur de la baisse des tarifs de gaz en France.

Rappelons tout d’abord que malgré les prévisions à la baisse du département américain de l‘énergie (DoE) et de plusieurs analystes indépendants, L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) s’est longtemps inscrit à contre courant, prévoyant une hausse de la demande mondiale de pétrole pour 2009.Non sans raison d’ailleurs, en invoquant la demande sans cesse croissante des économies émergentes, la Chine tout particulièrement. Or l’augmentation de la demande dans ce pays ne sera que de 89 000 barils  par jour, la plus faible augmentation de puis 2001.
Dans son rapport mensuel publié le vendredi 16,  L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) estime que la demande mondiale en 2009 , sera de 85,3 millions de barils par jour et que la consommation globale chutera de 500 000 barils par jour. Pour rappel, la chute en 2008 était de 300 000 barils par jour.
Quelles conclusions en tirer pour nous qui n’achetons pas des barils de pétrole mais du gaz naturel ? Eh bien, la logique des marchés énonce qu’une baisse de la demande entraine une baisse des prix. Dès lors, si la demande de pétrole baisse il y a fort à parier que son prix va baisser et on peut légitimement espérer que  les tarifs du gaz qui sont indexés sur le prix pétrole suivent alors le mouvement à la baisse. Mais ça, c’est une autre paire de manche car il ne faut pas oublier que les marchés ont aussi leur propre dynamique qui défie parfois tous les pronostics. Croisons donc les doigts…



    del.icio.us De.lirio.us Digg Facebook Google Mixx Scoopeo Sphinn Technorati Wikio Wikio FR Yahoo! Buzz YahooMyWeb E-mail this story to a friend! Print this article!

2 commentaires on “Baisse de La demande de pétrole et baisse des tarifs de gaz : quels rapports ?”

  1. Bonjour,
    Les réserves de gaz dans le monde sont importantes (peut-être plus que celles de pétrole).
    Le gaz est donc une source d’energie à l’état naturel.
    L’interrogation porte donc sur la justification de l’indexation du tarif du gaz sur le brent.
    C’est contraire à toute logique économique.
    Par conséquent, encore une fois, les fournisseurs de gaz disposent d’une marge de manoeuvre injustifiée.
    Au bout du compte, ce sont les consommateurs qui sont victimes de racket.

  2. Bonjour Beausoleil,
    D’un point de vue économique, je vous rejoins et estime aussi que rien, a priori, ne justifie l’indexation du prix du gaz naturel sur les cours du pétrole… On peut, cependant, reconnaître à l’indexation le mérite de nous offrir une certaine prévisibilité en matière d’évolution des prix du gaz. Le marché du gaz naturel étant actuellement entre les mains de monopoles je me demande si les consommateurs ont intérêt à n’avoir aucun repère concernant la manière dont est fixé le prix du gaz. Si seulement le marché du gaz naturel était concurrentiel, la fin de l’indexation profiterait sans doute aux consommateurs de gaz naturel.

Laisser un commentaire...



VM_OP AVT_468x60_1.gif